LA CAVALERIE YAMOBREIZH A L’ASSAUT DU COTENTIN

Le Cotentin, connais pas ! Aussi me suis-je inscrit par retour de mail à l’annonce d’une sortie dans cette région dont j’ignorais tout sauf la présence d’une usine de traitement des déchets radioactifs et d’une magnifique centrale électrique.

Le jour du départ approche, je dois me préparer pour cette expédition… ce n’est que le vendredi soir, tardivement que rasoir, brosse à dent et tenue de soirée s’entassent dans l’un de mes nombreux top cases !

Samedi 25 juin. Le réveil n’a pas encore sonné que je suis déjà debout et paffe d’impatience. A 6 h00 du mat, pour un RDV à 8h45 à 10 minutes du domicile, j’ai le temps. Le temps de m’inquiéter de la météo. Un beau week-end était annoncé, or le temps est bouché et il ne fait pas plus de 12 ° c ! Tant pis, je mise sur la prévision de records de température le dimanche pour partir avec le blouson d’été et un sweet comme couche supplémentaire. Laurent subit le même pari sur l’avenir. Nous allons nous les cailler pendant toute la matinée.

Les bienfaits d’un croissant

Heureusement, le croissant et le café nous réconforteront après 1h30 de route. Nous sommes accueillis chaleureusement par les patrons du bar « Le Carrefour »… au carrefour de Saint-Gilles. Comme nous le serons d’ailleurs dans tous les cafés visités. Les motards ont bonne presse – en particulier la fine équipe de YamoBreizh. A l’instar de Philippe et Yannick, on assure ! Signalons qu’un journaliste de La Presse de la Manche réalisera une courte interview de notre mono, Eric, à Framanville. Et il nous apprendra que le clocher de l’église surplombe ce lieu de culte à une bonne centaine de mètres : le bedeaut est sans doute un grand sportif et l’architecte un brin distrait.

Malgré tout, le temps reste bien bouché – comme le cidre normand – en ce samedi matin et le thermomètre refuse de monter au-delà de 18°c. Nous croisons un groupe de motards normands qui filent montures débridées vers notre belle contrée
bretonne. Mais qu’est ce que je fous à monter vers les latitudes nordiques avec
cette horde de déjantés de Yamobreizh ?!

Les cloches de la gloire

Mon désespoir sera de courte durée. Nous pénétrons rapidement dans les marais du Cotentin et du Bessin, le dépaysement m’emplit de zénitude. Nous arrivons ensuite à Sainte-Marie-du-Mont, 1er village libéré selon l’annonce de l’entrée de bourgade. L’Histoire nous enveloppe de ses voiles lourds de peines et de douleurs avant de nous chanter les louanges de nos libérateurs. Eric fait très bien les choses, je vais certainement radoter. Alors que nous arrivons place de l’Eglise, les cloches entonnent un chant à la gloire de Yamobreizh. Et c’est fièrement que nous empruntons la Voie
de la Liberté à la rencontre de nos valeureux soldats et de ces lieux historiques : Utah Beach, le mémorial à l’honneur de la 2ème DB de Leclerc… Plus loin, notre route se dessine entre les bunkers allemands désormais piteux face à la Manche, et de l’autre les bunkers du Golf de la presqu’île du Cotentin.

Nous faisons notre premier arrêt V-Max. Francis présente deux mérites : l’un de s’être entiché d’un V-max, l’autre de sourire à toutes les moqueries concernant son chameau percé… Plus d’un d’entre-nous conviendra par la suite qu’il est agréable de se balader au rythme de ce fougeux engin. Nous sommes certains de ne pas nous goinfrer des kilomètres et des kilomètres de bitume sans nous arrêter.

La Voie de la Liberté

La Voie de la Liberté nous découvrira ensuite l’un des premiers points de vue dont nos yeux ne cesseront de se régaler pendant tout le week-end. Un vote officieux conférant un avantage touristique incontestable à la côté ouest. Sans être exhaustif :

-         
Pour l’Est : Barfleur et son port de pêche,
le phare de Gratteville de 35 m de haut, construit en 1734 – avec douze fenêtres, 365 marches, 52 paliers… nous aussi on a lu la pancarte, Eric !!!

-         
Pour l’Ouest : la route du Cap est tout simplement
splendide, le lever du soleil lui offrant des couleurs inoubliables. Manoir du Dur Ecu, le plus petit port de pêche français de St-Germain-de-Vaux, le cap de la Hague, le Nez de Jobourg, les places de Carteret par la corniche, les dunettes d’Anneville sur Mer.

L’arrivée à Goury, cap de la Hague, m’aura téléporté en Irlande. Murets de pierre dessinant les contours du parcellaire herbager, mer en arrière plan équipée de son phare. Stéphane poussera le souci du détail jusqu’à bercer nos oreilles du son culturel du biniou sur une mélodie irlandaise. Même le bel étalon noir s’est trouvé sous le charme de notre valeureux secrétaire général. Toutefois, il ne franchira pas la clôture, nous laissant conclure qu’il a bien fait la distinction entre les sons émis par Stéphane et ceux d’une jument prête à accepter le mâle !Elu mono de l’année !

 

Cette première sortie sur deux jours a été un réel succès.


Merci Eric de nous avoir fait découvrir cette partie de la Normandie que certains d’entre nous snobaient par ignorance. Merci Eric de nous avoir réservé le plus beau week-end du mois de juin. La fraîcheur du samedi matin a laissé place à la chaleur d’abord supportable, puis battant des records le dimanche.
Cette météo nous a dévoilé que finalement le V-max a une autonomie plus importante que nos gosiers : elle abat environ 200 km, alors que nous avions du mal à assurer une soixantaine de bornes entre deux Leffe !

 

Ce week-end normand s’est terminé gentiment par la route de la baie nous amenant de Granville à Avranches. Avec une fabuleuse vue sur la baie du Mont-St-Michel qui a mis fin à une grande discorde entre le peuple Breton et le peuple Viking. Cette vue panoramique apportant la preuve irréfutable que le Mont-St-Michel se trouve bien sur notre territoire. A moins qu’il ne s’agisse d’une perspective trompeuse.

 

St-James sera notre dernier arrêt. La Part des Anges, quel beau nom pour un café où s’arrêtent s’abreuver les valeureux cavalières et cavaliers dégoulinant d’une sainte sueur sous leurs casques assaillis par un soleil brûlant de ses 35°c ! Pour nous recevoir dans les meilleures conditions possibles, un arrêté municipal nous a réservé les places de parking sur une cinquantaine de mètres… que c’est bon de sentir aimé !

Vivement la prochaine sortie, le 11 septembre dans les Côtes-d’Armor – la sortie sera maintenue même s’il ne pleut pas !!! Et vivement l’année prochaine pour un week-end de sortie. Au fait, Eric, quel programme nous concocteras-tu ???

Loïc D.

Rétro 2017

1ER SEMESTRE 2017

  • Dimanche 19 Mars
    Les Marches de la Bretagne3
  • Dimanche 23 avril
    Les huîtres
  • Dimanche 21 mai
    Les bords de Loire et ses vins
  • Week-end 17 et 18 juin
    « Yamobreizh débarque en Normandie »
  • Jeudi 22 juin
    Soirée "Rey Leroux"
  • Mercredi 5 juillet
    Soirée "Crêpes"

2EME SEMESTRE 2017

  • Dimanche 24 Septembre 
    Les Menhirs
  • Dimanche 15 Octobre
    La Chevauchée Angevine
  • Dimanche 12 novembre
    La route du cochon
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Jean-Claude Rosais & Pascal Hiernard | Mentions légales | Contact