Dimanche 25 Mars

Dimanche 22 Avril

Samedi 12 et 13 Mai

Dimanche 24 Juin

Dimanche 16 Septembre

Dimanche 14 Octobre

Dimanche 18 Novembre

 

Pour les volontaires qui souhaitent organiser une sortie, merci de contacter Eric (alias Mister GREENBIKE) : yamorando@orange.fr

 

Balade 14/10 Villedieu-Les-Poêles, Fonderie des Cloches et Baie du Mont-Saint-Michel

Cornille - Havard est l'héritière d'une tradition installée à Villedieu-les-Poêles, en Normandie,

à côté du Mont-St-Michel depuis la fin du Moyen Age.

Une sonnerie de carillon accueille ses visiteurs dans le jardin où de nombreuses cloches anciennes montrent

la diversité des formes et des décors des fondeurs d'autrefois.

L’atelier historique nous initie à l'art de construire les moules et fondre le métal.

Des commentaires sur les travaux en cours, préparation des décors de cire, ciselage, accordage ...

complètent la découverte de ce savoir-faire rare.                

En ce moment la Fonderie de Villedieu les Poêles travaille pour Notre Dame de Paris.

Un documentaire télévisé, filmé à la Fonderie, passera en mars 2013 à des Racines et des Ailes.

Cornille - Havard est l'un des rares spécialistes mondiaux de l'Art Campanaire dans le Monde.

L'origine des cloches est très ancienne. Dès l'antiquité on trouve des clochettes, des "sonnailles", composées

de deux plaques de fer recourbées et jointes par des rivets.

Les premières cloches chrétiennes apparaissent au 6ème siècle. Utilisées d'abord pour annoncer les offices religieux, elles vont se faire l'écho de tous les événements de la vie de la cité : incendies, attaques ennemies, arrivées royales, victoires...

Les premiers fondeurs de cloches, venant de Lorraine, s'y installèrent au 16ème siècle.

Ils exerçaient alors un métier itinérant.

Dans l'atelier ancestral, les compagnons fondeurs moulent les cloches destinées au monde entier selon des traditions venues du fond de l’âge.

Il y a une correspondance entre le diamètre et la note d'une cloche. Faire attention que les graves n’étouffent pas les aigues…

Hôtel Restaurant Saint-Pierre où nous nous sommes restaurés le midi.

Cette maison était déjà une auberge au 18ème siècle, elle accueillait des personnes venues de tous horizons

 à pied et à cheval.

Des écuries et la forge du maréchal ferrant se tenaient dans la petite cour, à l'arrière de l'hôtel, où nous avons stationné.

Nous remercions  tous ceux qui ont pu participer à cette balade, car le temps ne nous était pas favorable selon météo France, mais nous avons fait confiance à un site météo locale agricole, dont les données se sont avérées exactes.

Nous sommes heureux d'avoir pu vous apporter une bonne journée de détente et de richesse sur le patrimoine indéniable français.

Stéphane, Didier & Nathalie

19/09 LE POULDU, son circuit des peintres et DOËLAN

A 7H45 précises, Yannick et Hervé nous avaient donné RDV pour un départ pour 200 kms, direction LE POULDU

A 10H30 précises, Sylvie nous avait organisé le PDJ

et après ce superbe PDJ servi par Sylvie et Geneviève, nous voici partis pour une marche d’une heure sur le circuit des peintres

A 12H00 précises, déjeuner à DOËLAN

Et là ce fut la catastrophe, 3 Heures à table, bien sûr le planning complètement perturbé et pour finir la perte d’une dizaine de motos à l’arrivée pour le pot à Paimpont

MAIS NON !!! CE FUT UNE MAGNIFIQUE SORTIE, un grand merci à Yannick et Hervé

 

 

24 Juin: Découverte des marches de Bretagne 

 

LES MARCHES DE BRETAGNE – part two (juin 2012)

Bientôt les vacances, le soleil… et j’ai toujours pas écrit ce foutu article sur la sortie Yamobreizh du 24 juin. Pourquoi j’y suis allé à cette sortie ! En plus, nos experts météo avaient prévu une journée de m…

Allez, zou ! Tenue de pluie dans le top case, y a plus qu’à rejoindre tout le monde sur le parking de la Poterie. Tout le monde scrute le ciel… mais notre cher président, Hervé nous offre THE phrase du jour : «le temps ne nous soucie pas, car à Yamobreizh, nous avons le soleil dans nos cœurs » - cela fait peur, de bonne heure un dimanche matin, avec moitié mal aux cheveux !!

Hors sujet

Au programme : Les Marches de Bretagne, part two. Le président a décidé de sortir les membres de Yamobreizh de leur néant culturel. Et de nous annoncer le programme de la journée : plusieurs châteaux à découvrir, dont le 1er celui du bois Dorcan du XVème siècle… ne fait partie des Marches de Bretagne. C’est quoi cette embrouille !! dur, dur… pourquoi ne suis-je pas resté au lit.

De fait, nous aurons le plaisir d’apercevoir plusieurs châteaux de la Renaissance, eux aussi non admissibles au programme de la journée pour cause de hors sujet.

Alors que nous reste-t-il ? la plus petite étape de l’histoire de Yamobreizh avec la pause déjeuner sur le site mégalithique de La Roche aux Fées, une bonne demie heure après être partis ! A croire que les organisateurs de la journée ont fait le repérage à vélo !! Et en bons motards, nous sommes allés du site historique au Relais de la Roche-aux-Fées en moto… soit environ 300 mètres ! si ça, c’est pas du sport… enlever, remettre, enlever, remettre le casque, j’en ai attrapé une tendinite aux coudes.

La bonne brioche du motard… du relais

De nouveau en selle après un bon café, une brioche délicieuse et des confitures à vous damner je ne sais quoi, nous sommes brutalement bloqués dans une commune – j’écris mal, j’arrive pas à relire son nom sur mon carnet de notes – par un défilé de l’école maternelle. Procession ouverte par une calèche, dont le plus important constructeur est russe, à savoir la société Nikov (j’en ai honte de ce jeu de mots…)*.

Passons sur les quelques routes empruntées et quelques communes traversées… après déjeuner, nous sommes reçus au château de la Motte Glain – monument historique depuis 1926 - par une personne fort sympathique pour notre rituel intellectuel des sorties Yamobreizh.

Un château familial

A l’origine vers 1080, Glain de Rougé a construit une forteresse en bois sur une motte, comme cela était d’usage militaire à l’époque. Ce lieu pris de l’importance, Pierre de Rohan – « branche cadette de la famille de Rohan », on vous croit sur parole madame… - y construit le château en 1495, le château est régulièrement modifié en fonction des familles et des époques.

Des moines de St-Florent-Le-Jeune se sont installés à proximité donnant naissance à la Chapelle Glain (histoire comparable pour la Motte Achard et La Chapelle Achard… sans être exhaustif). Différentes illustres familles se sont succédé à la Motte Glain, aujourd’hui la propriété de la famille De Lézardière. En réalité, ce monument n’a été vendu qu’une seule fois, en 1635.

Ce château a eu non seulement les honneurs de notre visite, mais aussi des rois Charles VII – accompagné d’Anne de Bretagne - et Charles IX – accompagné de sa mère, Catherine de Médicis.

Pas blasé des blasons

Nous avons eu un véritable cours sur les familles, les personnalités châtelaines, les blasons que l’on a découverts dans la Chapelle, qui est de nouveau en activité. Tellement de choses à voir, de noms à retenir… que je ne peux vous en servir que des fragments.

A noter tout de même la réplique sur les murs du château, sur les manteaux des cheminées… du bourdon du pèlerin de St-Jacques de Compostelle avec la coquille et la besace. Témoins que ce lieu fut autrefois un havre de repos pour les valeureux pélerins. Ou encore l’escalier en tuffaut, les pierres de Nozay.

Bref, cette visite nous ferait presqu’oublier que nous sommes des motards… et tels de preux chevaliers nous avons repris nos montures pour rejoindre la tour Duguesclin – monument historique depuis 1913 - au Grand Fougeray. C’est par une ruse que le chevalier s’empara du château auquel appartenait le donjon, boutant les anglais ailleurs qu’ici.

Et c’est à sa santé que nous avons dégusté une bonne bière bien fraîche… avant de nous séparer. Bonnes vacances à toutes et tous, à bientôt. Loïc D

NB : merci à Eric grâce auquel on sait désormais faire demi-tour ou le tour complet d’un rond point en troupeau.

A propos du Château de la Motte-Glain : http://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%A2teau_de_la_Motte-Glain

* Pour celles – et ceux éventuellement – qui n’ont pas saisi, il s’agit des calèches Nikov… dont on entend beaucoup parler ces temps-ci

12-13 mai : les bords de Loire

La sonnette me sort de ma profonde réflexion, avachi sur mon bureau. C’est le livreur : 11 caisses de vins, rouge, rosé ou blanc… et merde, j’ai toujours pas fait mon papier sur notre sortie du week-end annuel le long de la Loire (Jean-Claude va gueuler !!). Et merde, va falloir que j’appelle mes potes de Yamobreizh pour qu’ils viennent chercher leurs commandes. Que ne ferait-on pas pour avoir la gratuité de la livraison.

 

Un arrêté municipal pour Yamobreizh

 

Remuons-nous les méninges et essayons de nous rappeler ce week-end. Après des jours et des jours de flotte, le soleil est revenu. Rendez-vous matinal à la Poterie. 35 motos sont inscrites, 45 membres de Yamobreizh les accompagnent. Direction Ancenis, on se les caille… car si le soleil est là, il a du mal à chasser la fraîcheur.

 

Après quelques virolos et vues campagnardes, nous voici à Ancenis. Jamais encore les motards de Yamobreizh n’ont été accueillis d’une telle manière : les propriétaires du Resto du Marché ont réservé à nos motos un parking avec arrêté municipal à la clé !!

 

Yannick, le magicien du GPS

 

Cette étape ancenienne me laisse perplexe. Le 2è groupe, mené par Yannick – qui nous a concocté ce sympathique week-end ensoleillé – est arrivé en premier sans nous avoir doublé !! Magie… ou tricherie. Je vous laisse juger… en tout cas, notre tête de file, Hervé, fera lui un sans fôte tout le week-end.

 

Après cette halte, voyage touristique sur la route du vignoble de l’Anjou. Et notre périple de nous emmener le long de la Loire… je n’oublierai pas la découverte d’Ingrandes, une bourgade au bord de l’eau que l’on découvre à la sortie d’un lacet fluvial. Nous passerons à proximité des coteaux de l’Aubance, puis des coteaux du Layon… dites, commence à faire soif !!

 

C’est dans le village troglodyte de Rochemenien que nous déjeunerons. L’occasion de découvrir la légèreté d’un déjeuner déclinant la fouace avec différents accompagnements : champignons, rillette, maugettes… je ne me rappelle pas de tous les ingrédients, mais cela tient bien au ventre.

 

Déjeuner dans une grotte

 

Pour digérer, Yannick nous a réservé la visite de fermes troglodytes creusées dans le sol calcaire : 2 500 m² de cour, 1 500 m² de grottes… creusées à la pioche. A l’époque (XVIIème siècle), la terre est enlevée avec des tombereaux de 1,5 m3 : les 40 fermes que compte le site avec ses 250 grottes et 40 cours représentent 4 000 m3, vendus pour chauler les terres plus au sud… rien ne se perd. Après notre excursion à la Mine Bleue en mars, nous découvrons ainsi ce dont sont capables de réaliser avec peu de moyens des hommes motivés. Pour compléter notre culture, troglodyte veut dire « homme de la caverne » ou « maison en caverne ».

 

Dégustation de Chinon

 

Nous quittons ce site historique pour nous rendre non loin au Château de la Bonnelière, propriété familiale de 1846, rachetée en 1976 par le père de l’actuel propriétaire, Marc Plouzeau. C’est ce dernier, néo-vigneron, qui convertit les 20 ha du domaine en production bio au début des années 2000. Le domaine produit 120 000 bouteilles, principalement du vin rouge, dont 20 % sont exportées : Etats-Unis, Japon, Danemark. La dégustation nous permet de découvrir les blancs, rouges et rosés du domaine, que chacun appréciera ou pas. Les goûts ne se discutent pas.

 

De son côté, Yannick réussira le tour de force de nous faire servir le vin de Marc Plouzeau le soir à l’hôtel de la Giraudière, non loin de Chinon. Il a convaincu le restaurateur que c’était ainsi, Chinon rien !! j’y ai mis le temps, mais j’ai réussi à le placer ce beau jeu de mots…

 

Villandry et son jardin à la française

 

Après une nuit de récupération, la meute s’est ébranlée vers le château de Villandry,l’un des derniers châteaux construits à la Renaissance. Au début des années 1900, les nouveaux propriétaires, Ann Coleman et Joachim Carvallo, ont redonné au jardin son identité originale. Potager, jardin d’ornement, jardin de méditation, jardin de l’amour, jardin du soleil… font le bonheur des visiteurs. Et encore, nous n’étions pas à l’époque où l’ensemble est fleuri ! Ce n’est pas sans crainte que nous traversons le jardin labyrinthe, mais à la sortie nous sommes soulagés de ne pas avoir perdu Yannick.

 

Ce jardin de Villandry est si magnifique qu’à peine rentré au bercail, je promets à mon épouse de l’y emmener… ce à quoi elle m’a répondu, légèrement agacée :  « nous l’avons déjà visité, il y a une dizaine d’années ! ». Le week-end était bien fini, vivement la prochaine sortie à la découverte des marches de Bretagne (2ème partie)… après avoir apporté un peu de bonheur aux enfants du Centre Ray Leroux, à La Bouexière, le jeudi 14 juin.

 

Loïc Doumalin

 

Sortie à but humanitaire du 22 Avril: La balade des enfants

 

Yamobreizh avait exprimé son souhait de participer à une action caritative.

Lors de l'AG du 20/01, la proposition de faire  un geste envers les enfants du centre médico-social Rey Leroux à Bouexière avait été retenue . Il s'agit d'une association  qui accueille en internat une centaine d'enfants et adolescents atteints de pathologies neurologiques, neuromusculaires ou de séquelles de lésions cérébrales traumatiques, infectieuses et tumorales. A ces pathologies "de fond", peuvent être associés des troubles du comportement, de la communication, des troubles métaboliques, une épilepsie.


Donc lors de la sortie du 22 avril, au lieu de déjeuner dans un restaurant, nous avons amené notre pique-nique.  Notre participation habituelle d'environ 30 euros  ainsi récoltée a permis de récolter 1 884 Euros qui nous permettront d'acheter divers jeux (à définir),ces enfants ayant en effet besoin d'exercice physique quelque soit leur handicap. 

Voir notre Yamobreizhtèque pour plus de détails sur la soirée du 14 Juin

 

Ce fut l'occasion d'aller à la découverte du plus beau site du patrimoine industriel des Côtes-d'Armor : les Forges des Salles. Ce site est un témoignage de ce que fut la vie ouvrière dans la sidérurgie aux 17è, 18è et 19è siècles.
Pour nous accompagner, André Le Coroller, ancien professeur de Technologie, spécialiste en patrimoine industriel, qui est l'une des seules personnes à avoir eu accès aux archives. Depuis plus de vingt ans, il fouille, refouille, recompose le passé de ce village.
En savoir plus sur les Forges des Salles :
http://www.lesforgesdessalles.info/

 

Rétro 2016

1ER SEMESTRE 2016

  • Sortie 20 Mars
    En passant par la Mayenne...
  • Sortie 17 Avril
    Direction la Côte Sauvage, grrrr...
  • Sortie 22 Mai
    Les bords de Loire et ses vins
    SORTIE ANNULEE en raison de pénurie éventuelle de carburant
  • Soirée 16 Juin
    Soirée "Rey Leroux"
  • Week-end 18 & 19 Juin
    "Estivale au bout du Monde"
  • Soirée 06 Juillet
    Soirée Crêpes

2EME SEMESTRE 2016

  • Sortie 18 Septembre
    "Direction : le bas de la Suisse Normande"...
  • Sortie 16 Octobre
    Le Couesnon, de la source à l'embouchure...
  • Sortie 20 Novembre
    Les Légendes de la forêt de Brocéliande...
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Jean-Claude Rosais & Pascal Hiernard | Mentions légales | Contact